Actualité

Safthon 2018 — deuxième édition : sensibiliser aux conséquences de la consommation d’alcool

Publié le : 4 septembre 2018

Pourquoi le SAFTHON ?

Les enjeux liés au syn­drome d’alcoolisation fœtale (SAF) sont con­sid­érables. Ce syn­drome, et plus large­ment l’Ensemble des Trou­bles Causés par l’Alcoolisation  Fœtale (TCAF) décrits depuis 1968, en France, con­stituent la pre­mière cause de hand­i­cap évitable. Mau­vaise infor­ma­tion, manque de for­ma­tion, mal­adie alcoolique,…les raisons de con­som­mer de l’alcool pen­dant la grossesse sont mul­ti­ples. En être con­scient, per­met d’établir des plans de préven­tion et  d’accompagnement spé­ci­fiques et adap­tés aux con­traintes du ter­rain.

Quelques chiffres

28% des grossess­es restent imprévus aujourd’hui et notam­ment chez les jeunes adultes. Cer­taines femmes ignorent les réelles  con­séquences de l’alcool pen­dant la grossesse et surtout des petites con­som­ma­tions. Une étude française fait état d’une con­som­ma­tion pen­dant la grossesse déclarée par 23% des femmes et d’une con­som­ma­tion de trois ver­res ou plus en une même occa­sion par 2% des femmes. Par­mi les femmes qui con­som­maient de  l’alcool avant la grossesse, 41% n’ont pas totale­ment arrêté de boire à l’annonce du diag­nos­tic.

La consommation d’alcool est-elle plus dangereuse en début ou en fin de grossesse ?

Toute con­som­ma­tion est dan­gereuse, il n’y a pas un moment où il n’y a  aucun risque. C’est la loterie, cer­tains passent au tra­vers, d’autres n’ont pas cette chance. Beau­coup de fac­teurs entrent en ligne de compte, dont des fac­teurs  géné­tiques, et l’on ne sait pas dire qui est plus vul­nérable. Ce dont on est sûr, c’est que lorsqu’on prend de l’alcool, on prend un risque. Et si j’ai bu avant de savoir  que j’étais enceinte ? Si vous avez eu une ou deux pris­es d’alcool mod­érées, ras­surez-vous, le risque mal­for­matif est très faible. Ne drama­tisez pas et surtout,  cessez sans atten­dre de con­som­mer de l’alcool. Si vous êtes inquiète, par­lez-en à votre obstétricien qui suiv­ra votre grossesse de près, notam­ment l’échographie mor­phologique.

Source : SAF­France